BTS Bioqualité (ex Qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries)


Objectifs et débouchés

Les objectifs :

Le BTS bioqualité forme les élèves à la mise en oeuvre et au suivi du contrôle qualité dans les bioindustries, les industries agroalimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, établissements de santé et de soin. Cette formation est axée en premier lieu sur l'acquisition de connaissances approfondies des matières premières et de leurs propriétés. L'élève apprend à pratiquer une démarche scientifique et expérimentale, à utiliser les technologies des analyses au laboratoire en suivant des méthodologies adaptées aux types de produits testés. Pour procéder à ces mesures, il est formé à l'utilisation d'appareillages. Il sait réaliser des échantillonnages et des prélèvements.

Sa formation lui permet de lire et d'interpréter des résultats d'analyses de contrôle et de les restituer à sa hiérarchie conformément aux indications prévues dans les procédures qualité de l'entreprise. Il est aussi capable de proposer des procédés d'amélioration de la fabrication.

Les débouchés :

Ce technicien supérieur ou assistant d'ingénieur exerce dans les les bio-industries, la santé ou l'environnement.

Il peut aussi intervenir dans les secteurs de la restauration collective ou de la distribution.

Dans des grandes entreprises, il a une fonction d'animateur des actions qualité. Mais dans une petite entreprise il pourra être le collaborateur direct du chef d'entreprise ou du responsable de fabrication. Il peut être technicien biologiste ou responsable qualité en agroalimentaire. Sa formation polyvalente lui permet également de participer à des activités de recherche et de développement.


Accès à la formation
Attendus nationaux de la plateforme d'inscription dans l'enseignement supérieur Parcoursup
  • S'intéresser aux activités expérimentales et à la qualité dans les secteurs des bio-industries (alimentaires, santé, cosmétiques environnement...)
  • Disposer de compétences pour travailler en équipe dans le cadre d'une démarche de projet
  • Disposer de capacités d'organisation et d'autonomie
  • Disposer de compétences dans les disciplines scientifiques et technologiques : biotechnologies, biologie, physique-chimie, mathématiques
  • Disposer de compétences relationnelles permettant de s'investir dans des projets collectifs
  • S'exprimer aisément à l'écrit comme à l'oral, dans la perspective d'animation d'équipes et de projets
  • Accès

    Le BTS qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries est accessible à tout titulaire d'un baccalauréat : bac général, bac STL ou bac professionnel. Accès sur dossier, voire tests et/ou entretien.

    Programme et organisation de la scolarité
    En plus des enseignements généraux (français, anglais, économie-gestion, mathématiques, physique-chimie), la formation comporte des enseignements professionnels :
     
  • bioexpertise au service de l'organisme biochimie-biologie : techniques de fabrication des aliments, des produits pharmaceutiques et cosmétiques, évaluation sensorielle, toxicologie
  • Pratiques opérationnelles de la qualité : travaux pratiques d'analyses en laboratoire de biochimie, microbiologie..., de fabrication
  • Relation et communications professionnelles
  • Sous statut scolaire, l'élève est en stage pendant 12 à 13 semaines (réparties en deux périodes). Il effectue un stage en situation d'opérateur de 4 à 5 semaines en 1re année puis un stage de 7 à 8 semaines en 2e année sur une activité de qualiticien.


    Poursuite des études

    L'objectif de cette formation est l'insertion professionnelle. Cependant avec un bon dossier ou une mention à l'examen, il est possible de poursuivre en licence professionnelle du domaine de la qualité alimentaire ou des biotechnologies, par exemple, ou en école d'ingénieur après une classe préparatoire ATS.


    Pour en savoir plus

    Publications ONISEP : 

    Les métiers de la biologie
    Collection collection Parcours, mars 2020, Onisep

    Les métiers de l'agroalimentaire
    Collection collection Parcours, janvier 2019, Onisep